CHIOGGIA

Chioggia, située dans une position très singulière à 20 kilomètres de Venise, entre la mer et la lagune, est un des plus importants centres maritimes de l’Adriatique. Elle est aussi considérée un patrimoine mondial de l’UNESCO à partir de 1987 (Venise et sa lagune).

Particulièrement intéressant est le cœur historique de la ville, un exemple de plan urbain souvent cité par érudits et écrivains à cause de sa forme caractéristique, la classique forme à chevrons, où les lignes verticales de la place et des canaux internes et externes (nord-sud) se croisent avec celles horizontales des rues alignées avec un ordre régulier (est-ouest), une extraordinaire référence au métier typique : la pêche.

Les canaux principaux de Chioggia sont trois. Canal Vena est le canal central traversé par 9 ponts, parmi lesquels le célèbre pont de Vigo. Dans le centre historique on peut trouver beaucoup d’églises, de palais et de musées de diverses époques et styles différents, donc on peut la considérer une véritable boîte d’œuvres d’art.

Chioggia, comme tant d’autres villes des origines anciennes, n’a pas évité de chercher ses racines dans le mythe et dans la légende afin de les anoblir. Étant donné que Clodia était l’ancien nom de la ville, une légende narre que la ville a été fondé probablement par Clodius, un vétéran de la guerre de Troie, qui serait arrivé en Italie avec ses compagnons Enée, Antênor et Aquilio. D’autres références toponymes des noms d’origine ancienne comme Lusenzo, Perottolo, Bebe, Evrone alimentaient, en revanche, la croyance d’une installation pélasgique datant de 2000 avant J.-C. de la part des gens provenant de Thessalie.

Une autre croyance continue aujourd’hui dans la culture populaire des pêcheurs : cela d’une ancienne Chioggia submergée et affaissée à environ 2 km de la côte : une sorte de Atlantis. Tel événement a été localisé dans une zone précise, aujourd’hui « zone de protection biologique », connue sous le nom des « Tegnùe », où les pêcheurs souvent perdaient leurs filets, retenues par des obstacles « mystérieux ». Une croyance qui aujourd’hui s’explique par la nature particulière de ce fond formé par des affleurements rocheux à caractère organique sur lesquels les scientifiques ont élaboré des thèses fascinantes, comme celle d’une ancienne ligne de plage, remontant à 3900 ans, quand le continent était beaucoup plus avancé par rapport à la mer.

POINTS D'INTÉRÊT

Le Pont de Vigo
L'Église de Saint-André et la Tour de l'Horloge
L'Église de Saint-Dominique
La Poissonnerie
Riva Vena
L'Église de l'ordre des Filippini
L'Église de Saint-Jacques
L'Église de la Sainte Trinité
La Cathédral Santa Maria Assunta
La Porte Garibaldi
Le Musée Civique de la Lagune Sud
Le Musée de Zoologie Adriatique G. Olivi
Le Musée Diocesain d'Art Sacré